Passer au contenu principal

Flash marchés du 17 au 21 juillet 2017


 

​le 21/07/2017

 

Environnement économique

 

États-Unis : nouveau recul des ventes au détail en juin, à - 0,2 %, après - 0,1 % en mai. Hors automobiles, les ventes ont également baissé de 0,2 % (- 0,3 % en mai). L’inflation sur un an, toujours en juin, est ressortie à 1,6 % en données globales et à 1,7 %, hors éléments volatils, tels que l’énergie.

 

Zone euro : la réunion de la Banque centrale s’est terminée par un statu quo sur les taux directeurs, ce qui était largement anticipé. Au cours de la conférence de presse qui a suivi, Mario Draghi a voulu couper court aux spéculations sur un durcissement imminent de la politique monétaire. Il a renvoyé à l’automne toute initiative ou réflexion sur ce sujet. Les intervenants sur les marchés avaient été alertés par les propos tenus par le président de la Banque centrale au forum annuel de Sintra. Ils avaient estimé que les responsables de la politique monétaire allaient bientôt infléchir leur position vers un durcissement des conditions de crédit.

 

 

Marchés financiers


Taux et change : forte baisse du dollar cette semaine (- 2,2 %). Ce mouvement s’explique d’une part par la croissance économique de la zone euro, plus forte et plus homogène entre les pays. Les difficultés de Donald Trump, d’autre part, avec le nouvel échec du président pour réformer “l’Obamacare”, font douter du plan de relance de l’économie prôné par le candidat au cours de sa campagne électorale. Mais la baisse de la devise américaine, qui atteint plus de 10 % depuis le début de l’année vis-à-vis de l’euro, est loin de compenser le mouvement inverse qui avait débuté en 2014 avec l’annonce du lancement du programme d’achat d’obligations par la BCE. Avant cette annonce, l’euro valait 1,35 dollars US environ.

Les rendements obligataires se sont détendus cette semaine. Ainsi, le taux de l’emprunt d’État français à 10 ans est passé de 0,88 % à 0,74 %, dans le sillage des propos de Mario Draghi. Le mouvement de baisse en Allemagne est du même ordre et l’emprunt allemand à 10 ans termine la semaine avec un taux de 0,50 %.

Actions : on pensait que la saison des résultats allait imprimer la tendance : il n’en a rien été jusqu’à présent. Les indices actions de la zone euro ont baissé en lien avec les craintes soulevées par la hausse de l’euro. En effet, ce mouvement handicape les capacités des entreprises à exporter et dévalorise les activités qu’elles ont en dollar. Enfin, les actions du secteur bancaire souffrent de la réduction de l’écart entre les taux courts et les taux longs qui pénalise leur marge. Les premiers résultats trimestriels aux États-Unis, qui portent sur 20 % des entreprises du S&P 500, font état d’une hausse moyenne de 8,5 % des bénéfices et de 4,4 % des ventes. Dans les deux cas, les bonnes surprises l’emportent sur les mauvaises, ce qui explique la stabilité des cours boursiers aux États-Unis.

Rédigé le 21/07/2017

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
Partager :  Partager par e-mail
Envoyer cette page par e-mail



Séparer les adresses e-mail par des points virgules




acces directs
Contacter un conseiller